28 février 2017 Comments (0) Cyclisme

5 raisons pour lesquelles vous avez besoin d’un fat bike

Silverback a un scoop pour vous

Les cyclistes, surtout ceux des pays nordiques, connaissent une période de blues hivernal lorsqu’ils sont tenus à l’écart de leur sport. L’entre-saison a pour eux toutes les apparences d’une longue traversée du désert… Certains se rabattent sur le ski de fond ou la raquette, d’autres se mettent à pédaler frénétiquement sur leur vélo stationnaire au sous-sol.

Il existe pourtant une solution toute simple : le fat bike, un formidable remède hivernal pour le cycliste qui s’ennuie.

Nous avons réuni ici les cinq principales raisons qui nous font aimer le fat bike.

Il nous permet de rouler toute l’année

Pour un adepte de cyclisme, se convertir au fat bike, ça veut dire pouvoir rouler à l’année, à l’extérieur. Finies les interminables séances de vélo stationnaire dans le sous-sol. Les cyclistes peuvent désormais rouler en plein blizzard en attendant le retour du printemps. Et ils sont loin d’en avoir terminé avec le fat bike une fois la neige fondue. Plusieurs continuent de l’utiliser toute l’année, pour varier les plaisirs…

Il s’agit d’une discipline à part entière

Facile d’approche, on lui trouve des allures de joujou un peu lourdaud en s’initiant à son pilotage. Puis, au fil des sorties, on découvre rapidement qu’on peut le pousser plus loin qu’on l’aurait d’abord cru possible. On apprend à le manier avec ses subtilités, à le faire avancer et ralentir de manière efficace, selon les conditions de piste.

Il permet de rouler à des endroits qu’on croyait inaccessibles

Le fat bike est un vélo d’aventure. On y songe surtout pour ses prouesses sur la neige, mais il est un vélo quatre saisons qui vous amènera dans des endroits où vous n’auriez jamais cru pouvoir rouler. Plage sablonneuse, champ de roches, chemin forestier abandonné : aucun terrain (ou presque!) ne saura lui résister.

Il est simple et facile d’entretien

De conception habituellement simple, les fat bikes ne requièrent qu’un entretien de base. Un peu d’air dans les pneus, un peu d’huile sur la chaîne et le tour est joué… En fat bike, on revient un peu à la base du vélo : le plaisir de pédaler sur une machine toute simple. Plusieurs modèles sont d’ailleurs très abordables.

Il permet de participer à des épreuves uniques

La discipline s’est développée au point de faire désormais l’objet d’une panoplie d’épreuves souvent uniques et originales. Parmi ces événements, il y a la Traversée du lac Saint-Jean à vélo, une traversée linéaire de 32 km entre Roberval et Péribonka. Le Challenge fat bike du Mont-Sainte-Anne propose quant à lui de descendre la montagne sur un parcours d’environ 25 km qui part du sommet et se termine à la base.

Découvrez la gamme de fat bike de Silverback

 

Comments are closed.